Des milliards en plus pour l’armée, qui va pouvoir se moderniser

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20220127_01657636/des-helicopteres-americains-chinooks-pour-remplacer-les-nh-90-de-la-defense-belge-a-beauvechain

Journaliste au service Société

Par Frédéric Delepierre

Ce sera officiel ce vendredi midi à l’issue du conseil des ministres mais un accord est finalisé au sein du gouvernement pour augmenter considérablement l’enveloppe budgétaire de la Défense, comme le souhaitait ardemment la ministre socialiste de la Défense, Ludivine Dedonder. Depuis des années, les Etats-Unis insistent pour que ses membres consacrent au moins 2 % du produit intérieur brut à leurs dépenses de Défense. La Belgique en est loin. Mais, avec l’accord de ce vendredi, le budget de l’armée belge va passer de 1,30 % du PIB à 1,54 %. Un effort important. D’ici 2030, ça va se traduire par 14 milliards d’euros de ressources supplémentaires. A quoi va servir cet argent ?

La ministre ne cesse de le clamer, pour elle, l’armée, c’est avant tout du personnel. Avec les sommes débloquées, le nombre de soldats pourra passer de 25.000 à 29.000. Ça va notamment se traduire par la création d’un bataillon tactique complet de 3.000 soldats. Comme annoncé précédemment, un budget important va aussi être consacré à la création d’une nouvelle composante cyber qui va venir s’ajouter aux terrestre, aérienne, marine et médicale. Une obligation au vu des menaces actuelles et futures.

L’armée, c’est aussi du matériel. De gros marchés sont lancés en vue d’acquérir de nouveaux avions de chasse F-35, des frégates, des chasseurs de mines et des véhicules blindés. D’autres vont désormais pouvoir être passés. La ministre devrait ainsi confirmer ce vendredi l’acquisition non pas de deux mais de cinq drones ou avions sans pilote. On évoque aussi l’achat de nouveaux camions équipés de systèmes d’artillerie appelés Caesar ainsi que des systèmes de missiles à courte et longue portées. Plus étonnant, alors que l’armée belge ne dispose plus de chars depuis la mise au placard des Leopard, notre pays pourrait prendre part au développement d’un nouveau char européen. Sans qu’il ne soit décidé encore de s’en doter ou pas.

Enfin, pour remplacer les NH90 terrestres qui n’ont pas toujours été très performants, la composante aérienne devrait pouvoir compter sur 15 nouveaux hélicoptères légers et quatre ou cinq gros hélicoptères de transport. Spécialisée dans le déminage, la marine devrait aussi voir ses capacités renforcées avec une capacité de poser des mines intelligentes. Elles auraient la faculté de chercher des cibles de manière autonome comme des drones sous-marins. Des investissements seront également réalisés dans les casernes pour accueillir le nouveau personnel et le nouveau matériel.

Contrairement aux souhaits exprimés à plusieurs reprises par l’Otan, il n’est pas question d’acheter onze F-35 en plus des 34 déjà commandés, ni d’armer les quatre drones Male (« Medium Altitude Long Endurance ») MQ-9B SkyGuardian dont la livraison est attendue à partir de 2024. Les forces spéciales devraient, elles, recevoir des véhicules amphibies et des avions Cessna Pilatus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.