NOUVELLES FRAÎCHES DU FRONT

COMMUNIQUÉES PAR LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

Sous des titres divers, la Presse publie ces jours-ci des nouvelles communiquées par notre ministre de la Défense. Il n’est plus question de nier ou de minimiser les guerres dans lesquelles nous sommes impliqués. C’est donc un renversement de stratégie à l’égard de l’opinion publique. Il s’agit plutôt de bien faire savoir aux citoyens que NOUS SOMMES EN GUERRE.

Allons-nous ainsi recréer cette Union sacrée qui a présidé à tant d’autres guerres?  Tout en « ramenant à la raison » l’opinion publique lorsqu’elle donne des signes de mécontentement trop manifestes? Qu’il s’agisse de la Belgique, de la France ou d’autres pays européens : le choix ne manque pas…

Bien entendu tous les va-t-en guerre sont coupables, « nos ennemis » aussi. Mais partout, hier comme aujourd’hui, des esprits lucides et courageux s’opposent à ce que la violence prétende éliminer la violence ! Serons-nous assez nombreux?… Or nous ne cessons d’augmenter et de perfectionner notre arsenal… jusqu’à l’Apocalypse de l’arme nucléaire? Comme si l’épuisement des ressources naturelles, les dégâts climatiques, les migrations meurtrières ne suffisaient pas.
Ci-dessous l’article intégral publié le 27 janvier dans toutes les éditions du journal L’Avenir. Les sous-titres, parenthèses, guillemets et tous les termes soulignés en grasses ou en italiques sont repris tels quels. Le journaliste attire ainsi notre attention sur l’importance de certains mots et sur la portée exacte de ces mots si nous voulons bien y réfléchir.

L’armée belge prépare un grand exercice Terre-Air de printemps.

Cet exercice se déroulera en Jordanie.

La composante Terre de l’armée prépare un grand exercice au printemps en Jordanie pour entraîner durant un mois des unités motorisées en conditions désertiques à des opérations « de haute intensité », avec le renfort d’hélicoptères de la composante Air, a-t-on appris ce dimanche de sources militaires. Baptisé « Desert Lion », cet exercice – le plus important en effectifs pour l’armée – devrait rassembler du 29 mai au 27 juin quelque 1.200 militaires, principalement fournis par la brigade motorisée ainsi que des unités jordaniennes.

« Environnement exigeant »

 
Les centaines de participants vont s’entraîner dans un « environnement exigeant » assez proche de celui du Sahel, où la France appelle ses partenaires européens à venir l’épauler dans la lutte contre le djihadisme. Pour les équipages du 1er wing de Beauvechain, il s’agira de s’entraîner dans des conditions de « brown-out » (le nuage de poussière généré par le rotor de l’hélicoptère lors d’un atterrissage dans une zone sablonneuse), comme celles rencontrées au Mali.

« Esprit guerrier »

 
Cet exercice s’inscrit dans le cadre de la volonté des chefs militaires d’insuffler à nouveau un « esprit guerrier » aux unités terrestres, après des décennies d’opérations moins ambitieuses, parfois qualifiées « d’humanitaires ». Le général Gérard, chef de la composante Terre de l’armée, a récemment exprimé sa volonté d’augmenter ses ambitions en matière d’engagements opérationnels, qui sont, selon lui, la « raison d’être » de sa composante.
Résultat de recherche d'images pour "général Gérard belgique"« A court terme, j’envisage fermement l’engagement d’une compagnie inter-armes dans la période 2021-2024 (…) si nous prétendons pouvoir opérer dans le haut du spectre d’engagement » 
(lisez : des missiles de combat), avait-il précisé en décembre, lors du « Lan Day » annuel, en présence de la Première ministre, Sophie Wilmès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.