Trop de lait, trop de viande, trop de tout… un vrai malheur !

C’est la raison pour laquelle la grande Foire agricole de Libramont s’est montrée spécialement attentive, cette année à lutter… contre le gaspillage de la nourriture (voir la promo étalée sur son site et dans les médias).

Ne cherchez pas à comprendre. La patronne de la Foire tout comme les ministres respectivement fédéral et wallon de l’Agriculture ne vous éclaireront pas davantage. Dès l’ouverture de la foire, face aux manifestants, ils ont affiché ostensiblement leur désolation devant la disparation de nos fermiers qui s’accentue d’année en année, des maigres revenus des petits producteurs, de la néfaste politique agricole de l’Europe, etc. en nous distrayant au passage par des petites recettes de leur cru pour remédier à tout ça…

Tout est bon, même les pires contradictions, les pires incohérences, pourvu qu’on ne prononce jamais quelques mots tabous comme hyper-productivisme, agro-business, agro-chimie, agro-carburants, surmécanisation, tous ces fleurons de notre brillante agro-économie. Non contente de ruiner nombre d’agriculteurs (ces  » indépendants » devenus aujourd’hui les plus inféodés des travailleurs !), l’agriculture dénaturée à laquelle ils sont soumis exerce ses nuisances quotidiennes sur les consommateurs, sur la terre, l’eau et les ressources naturelles de notre biodiversité. Mais, et c’est le principal, elle enrichit les industriels et les spéculateurs de l’agro-alimentaire, la nourriture n’étant plus pour eux qu’unemarchandise comme les autres.

Tandis que quelques véritables paysans s’obstinent encore à produire des aliments sains, dans un rapport de proximité et de réciprocité avec leurs voisins consommateurs, les voici à présent persécutés par des agents patentés de la chasse aux microbes (si utiles, pour la plupart, à notre santé!), indifférents par contre à tous les poisons qu’inventent les génies de l’agro-chimie chaque jour qui passe.

Près de 200.000 visiteurs, plus touristes que complices, ont honoré de leur présence l’immense champ de foire de Libramont. Quelques uns préféreront, moins touristes et mieux informés, passer à côté, à la Petite foire de Semel. Pour en savoir plus, lisez la carte blanche que La Libre Belgique a publié ce vendredi 22 juillet : Des champs de blé… aux champs de bataille. Elle est signée par une vingtaine d’associations membres de notre Coalition pour la Paix.

http://www.lalibre.be/debats/opinions/des-champs-de-ble-aux-champs-de-bataille-5790dcf1357086b3e0d5e534

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *