Archives mensuelles : juillet 2016

Pas de vacances pour les kamikazes…

On a beau être tous en vacances (enfin… presque tous), courir les festivals, se dorer au soleil, s’envoler vers des pays de rêve, bref se défouler après ces longs mois de turbin et de stress, signes infaillibles de notre haut niveau de civilisation, les terroristes, eux, ne nous laisseront jamais en paix. Voilà maintenant qu’ils s’en prennent au monde rural. A un humble curé de campagne, en somme. « On n’avait encore jamais vu ça ! », paraît-il.

Plus catholiques  que le Pape !

C’est du moins ce qu’ils croient ceux-là qui, à la suite de ce nouveau crime, lancent des pétitions pour l’expulsion des musulmans et attisent à nouveau la violence, puisqu’il est bien connu que c’est le seul moyen… de mettre fin à la violence. Voici que de drôles de paroissiens prétendent soudain venger la mort d’un de leurs prêtres, alors qu’hier encore ils se montraient totalement indifférents, voire hostiles à la religion !

« Quand je parle de guerre, je parle d’une guerre d’intérêts, d’argent, de ressources, c’est une guerre pour la domination des peuples… »

Pas de chance pour eux… Car c’est bien ce que le Pape a déclaré mercredi aux journalistes lors de son récent voyage en Pologne à l’occasion des JMJ. Et d’ajouter : « On répète le terme d’insécurité, mais le vrai terme est la guerre. Depuis longtemps le monde est en guerre fragmentaire. La guerre qui était celle de 1914, puis de 39-45, et maintenant celle-ci… ».

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160728.OBS5444/pape-francois-le-monde-est-en-guerre-une-guerre-d-interets-pas-de-religions.html

Ma foi… retrouver un message si souvent répété et développé par notre Coalition luxembourgeoise pour la Paix dans la bouche d’un pape du XXIe siècle (…bien loin, il est vrai, des croisades et des guerres de religion), voilà qui ne peut pas faire de mal.

« Aller aux racines  et découvrir ce qui a entraîné la violence… »

Revenons à notre province… mais restons parmi les gens d’Église. Hier jeudi, à la une de son édition provinciale, le quotidien L’Avenir interrogeait le doyen de Habay  qui ne pratique pas, lui non plus, la langue de bois : « Il faut aller aux racines et découvrir ce qui a entraîné la violence ». Et de rappeler que bien d’autres innocents, prêtres, laïcs, chrétiens, croyants et mécréants ont payé le prix de la violence tout au long de l’Histoire.

Ce ne sont pas les descendants des révolutionnaires français qui nous contrediront, ces coupeurs-de-tête-pour-la-bonne-cause… (rien à voir avec ces barbares de djihadistes !).

Et l’abbé Gobert de préciser : « Il faut découvrir ce qui a entraîné la violence et la manipulation des jeunes qui se transforment en terroristes et bombes humaines… Il nous faut avoir une réaction de dialogue profond et vrai avec les acteurs de telles violences. » http://www.lavenir.net/cnt/dmf20160727_00858433/trouver-les-racines-pour-comprendre-cette-violence.

On est loin des grands discours incendiaires et de la récupération de l’attentat de Saint-Etienne par les va-t-en-guerre de tout acabit, à commencer par Monsieur Hollande et ses comparses, marchands de canons, sous-marins nucléaires et Rafale supersoniques qui témoignent, eux aussi à leur manière, de notre haut niveau de civilisation.

Les citoyens de notre pays et d’ailleurs ne seront pas dupes. Après tant de violence déchaînée tout au long du XXe siècle pour la bonne cause, beaucoup ont appris à se méfier des grands discours héroïques. Mais pas assez encore, sans doute…

Alors, que d’autres voix citoyennes s’élèvent avant qu’il ne soit trop tard !

Coalition Luxembourgeoise pour la Paix

Trop de lait, trop de viande, trop de tout… un vrai malheur !

C’est la raison pour laquelle la grande Foire agricole de Libramont s’est montrée spécialement attentive, cette année à lutter… contre le gaspillage de la nourriture (voir la promo étalée sur son site et dans les médias).

Ne cherchez pas à comprendre. La patronne de la Foire tout comme les ministres respectivement fédéral et wallon de l’Agriculture ne vous éclaireront pas davantage. Dès l’ouverture de la foire, face aux manifestants, ils ont affiché ostensiblement leur désolation devant la disparation de nos fermiers qui s’accentue d’année en année, des maigres revenus des petits producteurs, de la néfaste politique agricole de l’Europe, etc. en nous distrayant au passage par des petites recettes de leur cru pour remédier à tout ça…

Tout est bon, même les pires contradictions, les pires incohérences, pourvu qu’on ne prononce jamais quelques mots tabous comme hyper-productivisme, agro-business, agro-chimie, agro-carburants, surmécanisation, tous ces fleurons de notre brillante agro-économie. Non contente de ruiner nombre d’agriculteurs (ces  » indépendants » devenus aujourd’hui les plus inféodés des travailleurs !), l’agriculture dénaturée à laquelle ils sont soumis exerce ses nuisances quotidiennes sur les consommateurs, sur la terre, l’eau et les ressources naturelles de notre biodiversité. Mais, et c’est le principal, elle enrichit les industriels et les spéculateurs de l’agro-alimentaire, la nourriture n’étant plus pour eux qu’unemarchandise comme les autres.

Tandis que quelques véritables paysans s’obstinent encore à produire des aliments sains, dans un rapport de proximité et de réciprocité avec leurs voisins consommateurs, les voici à présent persécutés par des agents patentés de la chasse aux microbes (si utiles, pour la plupart, à notre santé!), indifférents par contre à tous les poisons qu’inventent les génies de l’agro-chimie chaque jour qui passe.

Près de 200.000 visiteurs, plus touristes que complices, ont honoré de leur présence l’immense champ de foire de Libramont. Quelques uns préféreront, moins touristes et mieux informés, passer à côté, à la Petite foire de Semel. Pour en savoir plus, lisez la carte blanche que La Libre Belgique a publié ce vendredi 22 juillet : Des champs de blé… aux champs de bataille. Elle est signée par une vingtaine d’associations membres de notre Coalition pour la Paix.

http://www.lalibre.be/debats/opinions/des-champs-de-ble-aux-champs-de-bataille-5790dcf1357086b3e0d5e534

Barbarie contre barbarie…

Parmi tous les sons de cloche à la fois tonitruants et parfois dissonants que provoque chaque attentat des djihadistes, il est en tout cas une note suraiguë qui se fait toujours entendre, c’est le mot « barbarie ». Un son de cloche beaucoup plus rare, par contre, celui qu’apporte un lecteur du journal L’Avenir ce matin même :

« Quel est l’intérêt des responsables de nos pays de préciser dans des discours à la TV, dans les journaux et autres, qu’ils envoient un nombre bien précis d’avions dans certaines régions pour bombarder des clans de l’Etat Islamiste ? Ce fut encore le cas ici avec la France, et puis on s’étonne de vivre ce drame de Nice. Nous constatons que cette  façon de voir chacun vanter sa force militaire nous coûte très cher en vies humaines d’innocents. Nous vivons une troisième guerre mondiale… ». (*)

Bizarrement, les plus ignorants sont les chefs d’Etat qui escamotent, à chaque coup, cette réalité basique. Laquelle ne date pas d’aujourd’hui : s’il faut donner une date pas trop reculée dans le temps (c’est tout de même une vieille histoire !), c’est celle que nous rappelions dans notre dernier message du 1er juillet : les accords franco-britanniques signés le 16 mai 1916 pour un partage du Proche-Orient en vue de l’ère post-coloniale.

Mais il est tellement plus simple pour nos  dirigeants de profiter de ces odieux attentats pour jouer aux matamores, aux sauveurs de la patrie, aux héros par procuration, discoureurs infatigables et vaillants défenseurs des valeurs sacrées de la République et autres nations hautement civilisées ! Tout en honorant scrupuleusement les commandes d’armes de nos riches et vertueux clients, notoirement férus de nos valeurs démocratiques.

Mais pourquoi agiraient-ils autrement, ceux que nous avons élus, si tant de citoyens semblent si éloignés et ignorants de leur histoire passée et présente (et là, ce n’est pas de la frime) ? Si le temps du loisir bienvenu, de la détente, de la réflexion est tout entier absorbé par ce défilé ininterrompu de carnavals, festivals, évasions, défonces et autres devoirs de distraction à tout prix ! « Le pain et les jeux du cirque »… encore une vieille histoire.

Depuis longtemps des alternatives existent pourtant au travail-servage, aux loisirs obligatoires et à la démocratie des lobbies. On en parle beaucoup. Beaucoup plus qu’on en vit. Pourtant c’est d’en vivre que le monde pourrait changer. Une « petite foire » de l’agro-écologie au lieu de la « grande foire » de l’agro-productivisme le prochain weekend, oui, un exemple parmi beaucoup d’autres… Mais à connecter, agencer, tresser comme les mailles d’un filet protecteur, salvateur. Qui pourtant ne nous exemptera pas du combat contre l’adversaire, car adversaire il y a. Il est chez nous, il est partout, et ce n’est pas celui dont on parle le plus.

« C’est la négation même de la paix qu’une économie guidée avant tout par le profit,  entraînant le monde dans des guerres  et des conflits permanents. »

                                (Charte de la Coalition luxembourgeoise pour la Paix).


(*) Dans une analyse exploratoire du Réseau Multidisciplinaire d’Études Stratégiques (RMES) sur le remplacement de nos avions de combat, on peut lire : « Ainsi, les F-16 ont été engagés au Kosovo, en Afghanistan, en Libye et en Irak, sans qu’aucune perte matérielle ou humaine n’ait été à déplorer ». Ils ont évidemment oublié d’ajouter « dans les rangs des militaires occidentaux »… Ou alors, Messieurs les grands stratèges, si vous ne dénombrez ni perte humaine et matérielle dans ces régions ennemies (peuplées, là aussi, d’innocentes victimes),quelles folles et stupides dépenses !