Une belle leçon de démocratie à l’Europe des affairistes.

Retour aux sources de la Démocratie.
L’Europe des affaires et de ses diktats en prend un sacré coup!

Belle revanche de l’Histoire. Le pays qui fut le berceau de la démocratie, qui connut comme toute l’Europe l’histoire agitée de ces vingt derniers siècles, qui fut victime d’une guerre mondiale sans dédommagement de l’occupant, qui s’embourba ces dernières années dans le marasme des magouilleurs de tous poils, qui accumula une dette odieuse impayable envers une Europe affairiste complice d’un FMI cynique, poussant à l’endettement selon une tactique mondiale bien connue pour mieux imposer aux pays débiteurs l’asservissement à leurs fameuses « Lois du Marché »…

Une Grèce qui maintenant a dit NON, ça suffit, par la voix de 61 % de ses citoyens.

Un camouflet cinglant à tous les prophètes de malheur du NO FUTURE, aux résignés de la REALPOLITIK, aux fidèles ouailles de la RELIGION DE L’ARGENT, aux inconditionnels de la GUERRE, SOURCE DE PAIX et de toutes ses déclinaisons

  • Trusts militaro-industriels et techno-science = Avenir de l’Homme.
  • OTAN = Avenir de l’Europe.
  • Guerres « défensives » menées à des milliers de km de chez nous = Avenir de l’Occident.
  • Guerre économique aux ressources naturelles au nom de la sacro-sainte croissance = Avenir de la Planète.

Complétez vous-mêmes la liste de ces absurdités érigées au rang de dogmes dans la nouvelle Église conquérante du Tout-puissant Business.

Mais ne nous emballons pas…  S’il est vrai qu’il faut parfois plonger au fond du marais pour mieux reprendre pied et remonter à la surface, les requins, eux, n’ont rien perdu de leur agressivité.  Du moins, savons-nous, une fois de plus – car d’autres exemples nous sont donnés aujourd’hui en Europe et dans le monde – qu’il est possible de leur résister. A condition que nous-mêmes en soyons convaincus et que nous réagissions avec l’audace qui s’impose, loin des chimères des évolutions sans en avoir « l’air », des transitions dites en douceur, des alternatives en trompe-l’oeil et autres benoîtes illusions de petits-bourgeois dissimulant mal leur peur du risque.

P.-S. Nous présentons nos sincères excuses aux requins des mers, prédateurs avisés et circonspects, pour les avoir confondus avec quelques uns de nos frères humains dépourvus de telles qualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *