Septembre noir ?… Mangez des poires !

Avant notre rendez-vous du mercredi 17 septembre

Malgré les progrès fulgurants de la communication, les médias ne parviennent plus à couvrir les grands événements qui secouent notre monde actuel. Chaque jour nous apporte son lot de nouvelles surprises au point qu’il devient impossible d’en assurer le suivi puisque, selon l’expression triviale bien connue… un clou chasse l’autre.

Pour échapper à ce malaise de l’urgence qui empêche tout recul et donc toute analyse un peu sérieuse des événements, rien de tel que d’adopter quelques partis pris relevant du conformisme le plus béat et de la propagande la plus primaire  ! 

Le temps pour la réflexion qu’on ne trouve pas face à l’actualité, on le trouvera pour des événements survenus il y a cent ans. Voire davantage, à en juger par le succès des évocations historiques enchaînant, dans un même élan héroïque, guerres mondiales, napoléoniennes, médiévales, celtiques, antiques et néolithiques en tous genres !

Avancer à reculons, ce n’est sûrement pas la meilleure méthode pour « voir venir », mais il paraît que mieux connaître notre passé nous évitera de répéter les mêmes erreurs.

Si seulement c’était vrai !

Une insurrection « authentique et massive » ?

Il y a longtemps que l’on sait d’où viennent les conflits, les compétitions, les guerres, les carnages à répétition. Les événements d’aujourd’huiil y a près d’un demi-siècle déjà que des observateurs lucides les avaient anticipés. Tel un Ivan Illich dans son ouvrage Libérer l’avenir (1971) ou dans Énergie et équité (1975). Sa thèse sur la déconnexion du mal par rapport aux intentions de ceux qui le commettent, nous pouvons aussi la rapprocher des analyses de Günther Anders et d’Hannah Arendt méditant sur Auschwitz et Hiroshima et se projetant dans un avenir particulièrement menaçant.

Cet « avenir », nous y sommes.

D’autres penseurs, critiques et historiens ont tout dit, ou à peu près, sur les crimes de l’humanité qui, d’une génération à l’autre, réinvente le mythe du combat du Bien contre le Mal. Il va de soi  que nos preux chevaliers – d’hier comme d’aujourd’hui – appartiennent tous, sans la moindre exception, au camp du Bien, armés de la sainte violence du bon Droit (ou du bon Dieu, selon d’anciennes versions remises au goût du jour).

Avec son Principe responsabilité publié en 1979, Hans Jonas avait déjà jeté une lumière crue sur la démission des élites. Ses idées et son injonction citoyenne à assumerchacun pleinement ses obligations en fonction de son niveau d’éducation et de responsabilité continuent, certes, à passionner quelques cénacles d’intellectuels. Mais dans la rue, dans la vie, que se passe-t-il ?…

D’une manière non moins idéaliste, mais sans doute plus pragmatique, Pierre Rabhi et Jean-Marie Pelt viennent de commettre un ouvrage commun intitulé Le monde a-t-il un sens ? Ils prolongent le même élan citoyen en appelant chacun de nous à une « authentique et massive insurrection des consciences ». (*)

« Authentique et massive ».

Compris, camarades ?… Va s’agir de s’y mettre, et sérieusement !


Bon… Notre modeste contribution de coalisés pour la paix n’a pas connu la trêve des vacances. Comme il est vain d’étaler ses mérites, ceux et celles qui ont retroussé leurs manches (et pas pour bronzer !) se reconnaîtront.

Toujours tournés vers l’avenir, rappelons plutôt notre prochain rendez-vous du mercredi 17 septembre de 9 h à 11 h 30 à Arlon, cette fois dans les locaux du MOC (r. des Déportés 39), où nous pourrons dire chacun.e ce que nous pensons des événements actuels et communiquer aussi nos réflexions et nos propositions pour que « ça aille un peu mieux demain »…

On fera bien sûr aussi le point sur les activités réalisées en juillet et août.

Et nous verrons ensemble quelle sera, concrètement, notre réponse aux différents appels à se mobiliser déjà lancés par plusieurs ong pour les prochaines semaines et les prochains mois.

Parmi les questions les plus préoccupantes du moment, épinglons :  

– Une nouvelle guerre froide entre l’Est et l’Ouest ?

– Quel lien avec le projet de Traité de libre-échange transatlantique ?

– Sommet des chefs d’Etat des pays de l’OTAN les 4 et 5  septembre visant à assurer la sécurité mondiale (sic).

– Marche mondiale du 21 septembre pour le climat après le dernier SOS lancé par de nombreux scientifiques.

– Petite foire, grande foire… trop de poires !

– Guerres économiques, guerres climatiques, agrobusiness, famines, migrations forcées… on a le choix.

– Guerre(s) sainte(s) : au choix également.

– Le lien entre tout ça et… notre monde à nous ?

 

Rassurez-vous ! Pour  ceux et celles qui ne nous connaissent pas encore d’assez près, nous ne prétendons pas jouer aux géostratèges de haut vol.

Nous tentons, si possible, de découvrir les connexions entre tous ces événements et, spécialement, les liens existant entre notre monde à nous et ces « injustices insupportables » que nous dénonçons… loin de chez nous !

Et lorsque cette découverte a lieu, encore faut-il chercher le moyen d’y remédier.

C’est à cette condition que nous sommes en droit de manifester publiquement notre réprobation des guerres et des crimes commis ailleurs. Sans quoi, tous les camps continueront à se dresser les uns contre les autres sans la moindre issue pour la paix. Or nous savons que des citoyens soucieux de sincérité et d’efficacité, il en existe partout !

Seulement voilà : ici et partout, qui donne de la voix ?

Dès avant notre rencontre, vos avis, vos suggestions seront les bienvenus, ainsi que vos commentaires sur nos messages périodiques destinés à susciter des débats productifs plutôt qu’à asséner des vérités péremptoires !


(*) Extrait du texte de Pierre Rabhi dans « Le monde a-t-il un sens ? » (p. 152) :

 « Sur cette planète polluable à merci, champ de bataille, casino, pénitencier, hypermarché, gisement de ressources à consommer et à consumer sans modération, le divertissement de masse souvent infantilisant est devenu une sorte de stratagème soporifique au sein d’un affairisme international admis comme une norme. Il s’agit d’une sorte d’opium universel permettant probablement de fuir une réalité mondiale anxiogène en cultivant l’ignorance des masses. »  

 

 

 Coalition Luxembourgeoise pour la Paix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *